Histoires naturelles

Dans mon environnement quotidien gravitent autour de moi celles que j’appelle “les marques-doudous”. Rien à voir avec le vieux lapin blanc tout usé que ma fille emporte partout et sans lequel elle ne peut pas s’endormir (bon, plus maintenant vu qu’elle a quand même bientôt quinze ans). Une marque-doudou, c’est une marque qu’on chérit car on l’a connue au cours de son enfance, qui a accompagné notre croissance, sur laquelle on porte un regard tendre, peut-être un brin nostalgique parfois, et en qui on a une confiance aveugle (un peu comme un ami, un vrai ami). Il arrive parfois qu’on en perde en cours de route, soit parce qu’elles ne s’adressent plus à nous et qu’il y a une évolution tarissant la relation, soit parce que cette confiance justement a été rompue pour une raison X. Aujourd’hui, ces marques-doudous, je les compte sur les doigts de la main (un peu comme les amis, d’ailleurs). 

Robe Modetrotter, bagues Vanessa Martinelli, montre 1858 Geosphere de Montblanc
© Mickael Gautier

A mes yeux (et dans mon cœur), Montblanc fait partie de ce minuscule panel de marques-doudous. Elle est profondément ancrée dans l’histoire de ma famille, mes parents étant tous les deux de grands fans du Meisterstück dont ils possèdent toutes les déclinaisons possibles. Quand j’étais jeune, je souhaitais devenir écrivain et mon père m’a souvent dit que les écrivains et les grands journalistes n’écrivaient qu’avec un Montblanc. Plus tard, à l’âge de quinze ans, il m’a offert mon premier Meisterstück. Ce joli souvenir me fait sourire parce que même si je ne suis pas devenue l’auteure que je rêvais d’être, j’ai devant moi ma petite collection d’instruments d’écriture aux bouchons coiffés de la fameuse étoile blanche étalée sur mon bureau alors que j’écris ces quelques lignes. Avec ce premier stylo-plume, je suis entrée dans l’univers de l’entreprise hambourgeoise et j’ai, avec les années, découvert le reste de ses gammes, notamment la maroquinerie (surtout à cause de ma mère) et la petite maroquinerie (surtout à cause de mon mari). Je savais qu’il existait des montres signées Montblanc mais je ne m’y suis réellement intéressée qu’en devenant journaliste spécialisée en horlogerie. 

Blouson en cuir Kookai, bagues Vanessa Martinelli, montre 1858 Geosphere de Montblanc
© Mickael Gautier

Tout a changé pour moi le jour où Davide Cerrato a pris les commandes du département Montres de Montblanc fin 2015. J’aimais déjà ce que l’entreprise produisait mais son arrivée a marqué la naissance quelques mois plus tard d’une de mes collections horlogères préférées: 1858. Visuellement, les montres de cette ligne m’ont tout de suite tapé dans l’œil. Mécaniquement, je savais, pour m’être rendue trois fois dans la manufacture de Villeret, qu’elles étaient rythmées par des moteurs impeccables. Et physiquement/ergonomiquement… Vous souvenez de mon conseil, n’est-ce pas? Toujours toujours toujours passer un garde-temps au poignet avant de l’acheter. C’est ce que j’ai fait avec la 1858 Geosphere dont la version avec cadran vert et NATO kaki présentée au SIHH est un de mes coups de foudre de l’année. Bon, je ne l’ai pas achetée, je n’en ai malheureusement pas les moyens bien que son prix (comme celui des montres Montblanc en général) soit extrêmement “réaliste”, compétitif. Une belle montre automatique en bronze avec de tels affichages (heures, minutes, date, second fuseau horaire et heures du monde avec indicateur jour/nuit) à 6’380 francs suisses, honnêtement… je n’en ai jamais vue! Bref, afin de la tester réellement, je l’ai empruntée à Davide Cerrato himself pour quelques semaines, histoire de lui faire partager mon quotidien avant de la rendre à son créateur. 

Gilet en cachemire Manor, lunettes de soleil Knockaround, bagues Vanessa Martinelli, montre 1858 Geosphere de Montblanc © Mickael Gautier

Etre la montre d’une femme active mère de deux enfants dont un en bas âge n’est pas chose facile. Comme pour toutes les pièces que je porte, je ne lui ai rien épargné. Si elle n’a pas pris l’avion bien qu’elle soit taillée pour les voyages, elle a toutefois vécu d’autres aventures, elle pris des giclures de purée, donné le bain, couru après le bus, participé à des conférences de presse, fait des balades au grand air, subi les assauts affectueux de mes chats… Et son robuste boîtier en bronze patiné n’a pris aucune rayure, son bracelet en textile est toujours impeccable. Vu que je ne fais pas partie de ces personnes qui aiment assortir le genre de leur montre au style de leur vêtements (le classique avec le formel, le sportif avec le décontracté, le féminin pour les femmes et le masculin pour les hommes, etc… quel ennui!) et que je m’habille beaucoup avec des couleurs “naturelles” comme le camel, le beige ou les différentes nuances de vert, de l’émeraude à l’amande en passant par le kaki, je ne me suis posée aucune question. Elle va avec tout. Et l’avantage de son diamètre de 42mm mais aussi de son NATO réglable, c’est qu’elle convient aussi bien à des poignets menus comme le mien qu’à des plus larges à l’instar de celui de mon mari qui ne s’est pas gêné pour me la piquer de temps en temps. Qu’elle soit sur Mickael ou sur moi, l’effet reste le même: la 1858 Geosphere fascine. Famille, confrères, amis, collègues ont tous loué son graphisme unique, sa couleur vibrante. Nous n’avons reçu que des compliments et aux rares personnes qui ignoraient que Montblanc faisait des montres ou qui étaient sceptiques parce que bêtement restés bloqués sur les instruments d’écriture, nous leur avons raconté l’histoire de Minerva, la qualité des produits, le confort au porter, la vision et la touche de Davide Cerrato. “Tiens, prends-la dans la main, essaye-la au poignet, et tu verras” (ce qu’a fait mon fils un jour, la Geosphere traînant sur mon bureau, ce qui m’a presque valu un arrêt du cœur quand je l’ai vue entre ses petits doigts). 

Montre 1858 Geosphere de Montblanc, boîtier en bronze, cadran kaki et mouvement automatique
© Mickael Gautier

Forcément, ce qui attire le regard, notamment celui de mon petit garçon (!), ce sont ces deux demis-globes placés vers midi et 6h qui présentent les heures du monde de façon intuitive. Rotatifs, les hémisphères en relief évoluent sur un rythme de 24 heures et portent la graduation des 24 fuseaux horaires. Comme je l’écrivais plus haut, nous n’avons pas eu l’occasion de voyager dernièrement, en tout cas pas hors de Suisse. Cependant, nous avons profité d’une sortie en famille non pas pour traverser les fuseaux horaires mais remonter le temps puisque “notre” Geosphere a accompagné mes enfants à DinoWorld, une exposition de dinosaures en grandeur nature ou presque en pleine campagne genevoise à deux pas de notre maison. Ensuite, elle s’est promenée au bord du lac Léman avant d’assister à un match de basketball de rue sous la douceur du soleil d’automne. Comme un membre supplémentaire de notre foyer. Comme l’a toujours été cette marque-doudou qu’est Montblanc depuis mon enfance et qui compte avec une cliente de plus depuis deux ans: ma fille.

Robe Modetrotter, bagues Vanessa Martinelli, montre 1858 Geosphere de Montblanc
© Mickael Gautier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code